L’innovation de Métier

Management : art de tirer le meilleur parti des ressources dont on dispose

Seule ressource inépuisable, le MÉTIER

Il est porté par :

  • des personnes générant une vision
  • avec des aptitudes, connaissances, expériences
  • dans une logique socio-économique (circulation de biens et de services)

Mais aussi ressource volatile et en mutation

L’entreprise est une communauté de destin, avec son génie propre, tissé autour de la vision et du cœur de Métier, ses acteurs sont libres de coopérer, de s’impliquer, de rester ou de quitter.

Porteurs d’une richesse d’expérience, ils peuvent s’absenter ou partir (autre entreprise, autre région, départs en retraite, accidents de la vie, …)

Et surtout, lieu d’innovation, car lieu de naissance et de changement

  • la plupart du temps, quand le métier est né, c’était nouveau
  • les évolutions progressives ont apporté des changements dans le métier
  • le cœur de Métier ne change pas ; mais il bat, et génère des flux propres à la nouveauté
  • l’innovation, souvent d’abord perçue comme technique (c’est la partie visible), est souvent aussi organisationnelle, relationnelle, sociale, stratégique…
Retour Sommaire

Les savoir-faire d’expérience sont fortement « intégrés » …

… par l’homme de métier ; ils en sont devenus presque opaques, déjà pour lui-même

Le Management-Métier consiste à identifier, valoriser, partager :

  • des Savoir-Faire d’Expérience
  • portés par des personnes
  • développés dans le travail personnel, en équipe et entre pairs
  • puis transformé avec d’autres

Retour Sommaire

Le contrat est statutaire ; la coopération est dynamique

La coopération n’est pas formalisable, le contrat de travail ne le mentionne pas

Dans chaque histoire de métier, on trouve de multiples indications, illustrations, avec un mixage propre à chacune. C’est une intelligence collective, intergénérationnelle, interculturelle, en dynamique permanente


Retour Sommaire

Le Métier est d’abord corporel

  • Sensible, attentif, puis intuitif, imaginatif, symbolique, prudentiel, puis réfléchi, calculé, formalisé dans ses applications…
  • La rationalité n’y occupe pas la première place, sinon, on ne pourrait jamais conduire un véhicule, a fortiori piloter une machine spéciale, ou pallier l’usure d’un tapis de convoyage en quelques gestes précis (bon appui, bonne durée, bon moment)…
  • De même pour pour une négociation commerciale, un recrutement, une décision d’investissement majeure

Retour Sommaire